Le site de généalogie de Catherine et Michel Meste




Les Adam-Balagué de Lescar :

de la naissance d'un patronyme à sa disparition



Introduction

I – L’origine

II – Les deux premières générations

III - La descendance de Raymond d’Adam dit Balagué (1742 -  )

IV - La descendance de Jean d’Adam dit Balagué (1751 - 1822)

Conclusion

 

Introduction

            Depuis la fin du XVIIème siècle jusqu’à nos jours, plusieurs générations d’Adam-Balagué se sont succédées à Lescar. Nous nous proposons de donner dans ce qui suit les éléments généalogiques permettant de retracer leur histoire, depuis l’apparition de ce patronyme, jusqu’à sa disparition à la fin du XXème siècle. Les données ont été puisées à la fois dans les informations familiales, pour les plus récentes, mais surtout dans les archives municipales de Lescar (pour les actes d’état-civil les plus récents) et les archives municipales et départementales de Pau (registres paroissiaux, actes notariés, recensements, terriers, état-civil).

            Comme nous le verrons ci-dessous, nous avons fait jouer au couple formé par Mathieu Adam-Balagué et Maria Meste (mariés en 1894) un rôle important. Il y a plusieurs raisons à cela : les trois enfants de ce couple ont été, semble-t-il, les derniers à porter le nom d’Adam-Balagué ; Maria est la grand-tante de l’auteur de ce texte ; ils sont à l’origine des liens de cousinage les plus récents entre les familles Meste et Adam-Balagué ; ils ont tous les deux des ancêtres Adam-Balagué en commun, ce que nous voulions mettre en évidence.

            Beaucoup des personnes mentionnées ici sont des descendants des premiers Adam-Balagué, ou leurs conjoints. Nous nous sommes efforcés d’être exhaustifs dans la recherche de ces descendants, mais il faut préciser toutefois que certains cousins (éloignés) peuvent ne pas être présents dans ce document. Il y a en effet des manques importants dans les archives, en particulier au XVIIème siècle, et certaines personnes peuvent avoir « émigré » dans d’autres communes (ou à l’étranger ?), dont on aurait perdu la trace.

            A côté des informations concernant les baptêmes, mariages et sépultures (BMS), nous nous efforcerons (annexes) de marquer la présence des ancêtres par des éléments  plus « personnels » (signatures, contrats notariaux, présence lors des recensements, naissances où ils apparaissent comme parrains ou marraines etc…), ce qui contribuera à les rendre plus présents.

 Porte de l'Esquirette à Lescar

            Dans ce qui suit, le premier chapitre sera consacré au couple « fondateur », associant un Adam et une Balagué. Dans le deuxième chapitre, on passera en revue les deux premières générations issues de ce premier couple. Dans le chapitre III on s’intéressera à la descendance de Raymond Adam-Balagué, dont sont issus les Adam-Balagué des XIXème et XXème siècles. Le chapitre IV sera consacré à la descendance de Jean Adam-Balagué, qui aura lui-même dans sa descendance la partie la plus récente des Meste de Lescar. Dans ces chapitres, pour faciliter la lisibilité du texte, les noms des ascendants de Maria et de Mathieu seront mis en gras. Enfin, on trouvera en annexe une visualisation des branches d’arbres généalogiques utilisées, afin de faciliter la lecture du texte, des signatures de certains des ancêtres mentionnés, et enfin un extrait du terrier de Lescar de 1782.

          

I – L’origine du patronyme : Jacques d'Adam et Marthe de Balaguer

            Vers 1672, en la cathédrale Notre Dame de Lescar, était célébré le mariage de Jacques d’Adam, dit Joanné, né vers 1645 à Pau, et de Marthe de Ladevèse dite Balaguer, de Lescar. Il n’a pas été possible de retrouver la date exacte de ce mariage. A partir de ce couple, tous les descendants (de père en fils) seront appelés d’abord Adam dit Balagué, puis Adam-Balagué, plus rarement Balagué.

            Jacques décèdera le 19 mars 1695, à environ 50 ans.

            On ne sait pas grand-chose sur Jacques et Marthe, sauf que le 8 novembre 1675, lors du baptême de Marthe d’Arramonde à Lescar, Jacques et Marthe sont les parrain et marraine de la baptisée.

a) Les Adam

            Quand on étudie la présence à Pau des Adam ou d’Adam (écrit souvent Dadam dans les registres), à la recherche des ascendants de Jacques, on constate que le patronyme est très présent aux XVIe et XVIIe siècles, à la fois dans les naissances, les mariages et les décès.

            Les premiers couples mentionnés dans les archives (archives protestantes de Pau) correspondent à

v     Raymond d’Adam et Bernarde Pinte, mariés vers 1575

v     Bertrand d’Adam, marié le 26 février 1576 avec Jeanne Pinte.

S’agit-il de deux frères mariés à deux sœurs ?

            A peu près à la même période où se mariaient Jacques et Marthe, on trouve les mariages suivants :

o       Jean d’Adam marié (le 28 septembre 1671 à Pau) à Marie de Toulet. Ils auront deux enfants à Pau : Jean d’Adam, né le 9 mars 1672, et Jeanne d’Adam, née le 25 mars 1678.

o       Marc Antoine d’Adam, marié (le 28 février 1688 à Pau) à Marie de

 Lacau. Ils auront deux enfants à Pau : Jean d’Adam, né le 15 janvier 1690, et Melchior d’Adam, né le 15 février 1693.

o       Jean d’Adam, marié vers 1665 à Anne de Poey

Ces Jean et Marc Antoine pourraient être des frères de notre Jacques.

            La première naissance répertoriée dans les registres correspond à un Jean d’Adam, né le 16 janvier 1575 à Pau (archives protestantes).

            Nous n’avons toutefois à l’heure actuelle aucun élément nous permettant d’avoir des informations sur les ascendants  de Jacques.

            Concernant Marthe, la recherche a été plus fructueuse.  

b) Les Ladevèse

Notons d’abord que ce patronyme est aussi écrit Ladebèse, Ladebèze ou Ladevèze, mais nous avons choisi le nom actuel.

Marthe de Ladevèse dite Balaguer, femme de Jacques d’Adam, est la fille de Jean de Ladevèse dit Balaguer, marié à Lescar (Notre Dame) vers 1654 avec Jeanne de Bouyer dite Lou Pintat.

Ce dernier couple, outre Marthe, a eu d’autres enfants à Lescar :

v     Marie, née le 25 novembre 1654, qui se mariera en 1676 avec Pierre Jeanborde

v     Bernardine, qui épousera vers 1675 Jean Jeanborde dit Torongé (régent, c'est-à-dire maître d’école)

v     Marie, née le 12 février 1658, qui épousera en 1689 à Lescar Arnaud de Poublan.

Jean de Ladevèse dit Balaguer, père de Marthe, est le fils d’Andreu Ladevèse et Jeanne Balaguer, mariés vers 1618 à Lescar. C’est donc cette Jeanne qui est à l’origine de l’introduction à Lescar du patronyme Balagué associé plus tard à Adam.

Dans le Censier de 1643, repris par Denis Labau [Lescar. Histoire d’une cité épiscopale du béarn, tome 2], on mentionne la présence d’un Jean Ladebèze et de sa mère Jeanne de Bager. Il pourrait s’agir de notre Jean, le nom de sa mère (Balaguer) ayant été mal orthographié.

c) Les Balagué

            Notons d’abord que dans les archives paroissiales de Lescar, à partir de l’année 1610 où elles sont disponibles (mais il y a des manques), le patronyme Balagué correspond presque toujours à des Adam Balagué (depuis le mariage de Jacques et de Marthe) ou à des Ladevèse. Une exception : les Balagué Munier (voir chapitre III, b)

            On peut s’interroger sur ce patronyme Balagué. Dans l’acte de mariage de Andreu et de Jeanne, cette dernière est dite Balaguer, comme son fils Jean, époux de Jeanne de Bouyer, et comme leur petite fille Marie (épouse de Arnaud de Poublan). Par contre, pour Marthe et ses descendants, le patronyme Balag sera utilisé.

            Si l’on consulte l’Armorial du Béarn (source : Gallica), plusieurs pages sont consacrées aux Balagué. On y lit : « La famille de Balagué est fort ancienne et paraît avoir possédé, de tous temps, la domengeadure de ce nom, située à Monein et dont la noblesse était antérieure à l’année 1385. Elle s’est divisée, vers la fin du XVIe siècle, en deux branches principales : l’une [ …] continuera à résider à Monein ; l’autre s’établit à Pau et se subdivisera en deux rameaux encore représentés de nos jours. »

            Toujours dans l’armorial, on peut constater que dans cette famille importante, le patronyme est quelquefois écrit Balaguer. C’est le cas par exemple de Gaillard de Balagué, seigneur de la maison noble et domengeadure de Balagué, de Monein, fils de Pierre de Balagué et de Catherine de Casenave, dont l’acte de baptême mentionne « … a esté baptizé Guoilhard […] fils légitime de Pierre de Ballaguer … ».

            On y lit aussi qu’en 1646, à l’occasion de son testament, Me Pierre de Balagué, avocat au Conseil souverain de Béarn puis au parlement de Navarre, à Pau, reconnaît avoir eu de son mariage avec Damoiselle Jeanne de Lafite sept enfants vivants, dont six filles : Isabeau, Marie, Jeanne, Madeleine, Judith et Suzanne. Se pourrait-il que cette Jeanne soit notre Jeanne (mariée à Andreu Ladevèse) ?

            Nous n’avons toutefois actuellement aucun élément nous permettant de préciser avec certitude l’origine de Jeanne Balaguer, née aux environs de 1598.

 

II – Les deux premières générations

            Jacques d’Adam et Marthe Ladevèse dite Balaguer, mariés vers 1672 comme on l’a vu plus haut, ont eu cinq enfants :

Ø      Marie d’Adam, née en avril 1673 à Lescar (Notre Dame). Il y a de bonnes chances que ce soit cette Marie qui ait épousé Jean de Péré, le 3 juin 1710 à Lescar. On trouve aussi un mariage vers 1715 d’une Marie d’Adam avec Pierre Lacerisère, dont sera issu un fils Pierre, le 8 octobre 1718. S’agirait-il de la même Marie ?

Ø      Bernardine d’Adam, née le 6 janvier 1677 à Lescar (Notre Dame)

Ø      Jean de Balagué, qui se mariera avec Jeanne de Boutoux (de Labastide)

Ø      Jean d’Adam dit Balagué, qui se marie vers 1705 avec Magdeleine de Bacqué dite Bousom.

Ce couple aura deux enfants à Lescar :

·        Jean Adam dit Balagué, né le 10 février 1707. On ne lui connaît pas de descendant.

·          Suzanne d’Adam dite Balagué, née le 11 février 1709, qui mourra le 26 octobre 1723.

Leur fils Jean aura comme marraine Marthe de Ladevèse dite de Balagué, et comme parrain Jean de Jeanborde qui est le mari de Bernardine, sœur de Marthe.

Ø      Un autre Jean d’Adam, mentionné ci-dessous.

Jacques d’Adam et Marthe de Balagué (c’est ainsi qu’ils sont nommés), mariés, sont parrain et marraine de Marthe de Poublan, baptisée le 9 mars 1689, fille de Me Arnaud de Poublan et de Marie de Ladevèze.

a)     La première génération.

            Jean d’Adam, qui est un ancêtre commun de Mathieu Adam Balagué et de sa femme Maria Meste comme on le verra plus tard,  épouse vers 1710, à la cathédrale Notre Dame de Lescar, Jeanne de Camy dite Maguelonne.

Le 24 octobre 1715, Jean et Jeanne sont parrain et marraine de Jean de Carrère, fils de Pierre de Carrère et Françoise de Cambuston.

Sur cet acte de baptême, de même que sur celui de son fils Jean (voir ci-dessous) il est dit que Jean est jurat de Lescar. Il est appelé Jean de Balagué.

Il est à noter que Jean sait signer (ce qui n’est pas fréquent pour l’époque). On retrouve sa signature au mariage de son fils Bernard.

Jean de Balagué et Jeanne de Camy ont deux enfants :

Ø      Jean de Balagué, qui naît à Lescar le 1er novembre 1715. Les parrain et marraine de ce Jean sont Jean de Balagué,  oncle du baptisé, et sa femme Jeanne de Boutoux. On ne lui connaît pas de descendance.

Ø      Bernard  (mentionné ci-dessous), né le 2 juin 1718.

b)     La deuxième génération

            Bernard d’Adam (ancêtre de Mathieu et Maria), naît le 2 juin 1718 à Lescar (Notre Dame). Il se mariera dans l’église Saint Julien de Lescar le 22 janvier 1737 avec Jeanne de Herran dite Carrère (de Saint Julien).

            Les parents de Jeanne de Herran dite Carrère sont Bernard de Herran (de Montauba) et Jeanne Carrère (de la paroisse Saint Julien de Lescar). Ils se sont mariés à Lescar (SJ) le 26 juin 1706.

            Ce couple aura trois enfants :

§         Jeanne, mentionnée ci-dessus,

§         Françoise, qui se mariera avec Jean de Coy le 12 février 1732 (Lescar SJ),

§         Marie, qui se mariera avec Jean de Hourticq le 19 février 1743 à Lescar.

             On retrouvera ces deux patronymes dans la famille au début du  XXème siècle.

            Bernard d’Adam dit Balagué et Jeanne de Herran dite Carrère (c’est ainsi qu’ils sont appelés lors de leur mariage) ont eu cinq enfants :

Ø      Jean (aîné), né le 16 janvier 1738 à Lescar (ND). Nous n’avons pas de traces d’une éventuelle descendance.

Ø      Raymond, né le 16 octobre 1742 (Lescar, ND). Dans son acte de naissance, il est appelé Arramond (voir le chapitre suivant).

Ø      Catherine, née le 8 août 1748 (Lescar, ND). Ses parrain et marraine sont Jean et Catherine Courtiade, mariés. Elle décèdera le 31 octobre 1776, à l’âge de 25 ans.

Ø      Jean (dit Jean cadet), né le 15 mai 1751 (Lescar, ND). Ses parrain et marraine sont Jean de Coy et Françoise de Herran, mari et femme, de la paroisse de Saint Julien, Françoise étant sa tante maternelle. Il se mariera avec Marie Lahille.

Ø      Un petit dernier : Jean, né vers 1763. On a une trace de sa naissance par le recensement de 1793, où il vit dans la maison de son frère Jean cadet et de sa belle sœur Marie Lahille.

 

            La descendance de Raymond sera donnée dans le chapitre III suivant. Y figurent les Adam-Balagué qui ont vécu au XXème siècle à Lescar.

            Celle de Jean cadet, né en 1751, sera l’objet du chapitre IV ; on y trouvera en particulier une partie de la famille des Meste de Lescar, dont Maria Meste, épouse de Mathieu. On voit donc ce que l’on annonçait en introduction : Mathieu et Maria avaient comme ancêtres communs le même couple : Bernard d’Adam dit Balagué et Jeanne de Herran dite Carrère (ce sont des trisaïeuls), ainsi que leurs ascendants.

 

III - La descendance de Raymond d’Adam dit Balagué (1742 -  )

a)     La troisième génération

            Le 30 novembre 1765 à Lescar, Raymond d’Adam dit Balagué, laboureur à Lescar, épouse Suzanne de Péré dans la cathédrale Notre Dame.

Ce mariage fait l’objet d’un contrat, signé à Lescar le 2 novembre 1765 chez Me Labadie, notaire royal, en présence de Bernard Gassan, tailleur d’habits, et Pierre Gassiot, laboureur. Signent en particulier cet acte :

·        Jean d’Adam, grand-père de Raymond,

·        Bernard d’Adam, père de Raymond,

·        Raymond d’Adam, le marié,

·        Jean Coy et Jean Hourticq, cousins de Raymond.

Cathédrale de LescarSuzanne de Péré, dite Catramaillas, née le 4 mars 1741 à Lescar, est la fille de Pierre de Péré, décédé lors du mariage, et de Bernardine de Coustille.

Ce dernier couple aura d’autres enfants :

Ø     Pierre Péré, dit Casamayou, né vers 1733, marié à Marie Laulhère.

Ce couple Pierre Péré x Marie Laulhère fait partie des ancêtres des Meste et des Adam Balagué du XXème siècle : la grand-mère paternelle de Maria Meste était Marie Péré dite Miegencé (qui épousera Jean Pierre Meste), et Pierre Péré et Marie Laulhère étaient des bisaïeux de cette Marie.

Ø      puis deux sœurs : Jeanne, mariée à Bertrand Bureu, et Marie, mariée à Dominique Guillucq.

            Raymond et Suzanne seront les parrain et marraine de Raymond Péré, né le 24 février 1775 (Lescar, ND), fils de Pierre Péré, laboureur, et de Marie Laulhère.

            Dans les recensements de Lescar de 1793, on retrouvera :

·        Raymond Balagué, âgé de 50 ans, un fils Pierre avec son épouse Anne (il s’agit de Anne Gassiot), et un autre fils : Jean (qui est ailleurs appelé Pierre).

·        Dans une autre maison, Jean Balagué cadet, âgé de 45 ans (frère de Raymond, né en réalité en 1751, donc il a 42 ans), Marie son épouse de 29 ans (il s’agit de Marie Lahille), deux filles et son frère de 28 ans. On les retrouvera dans le recensement de 1817 (voir chapitre IV).

·        Pierre Péré (frère de Suzanne), 60 ans, ses enfants et un domestique

·        Dominique Guillucq et ses enfants (beau-frère de Suzanne)

            Ce couple Raymond et Suzanne aura plusieurs enfants :

Ø      Bernard, né le 13 mars 1768 (Lescar, ND). On ne lui connaît pas de descendance.

Ø      Pierre, né le 30 mars 1769 (Lescar, ND) : voir ci-dessous au paragraphe b.

Ø      Marie, qui naît le 18 avril 1774 (Lescar ND).

Ø      Un autre Pierre, né le 23 septembre 1777 (Lescar ND). Son parrain est son frère Pierre, et sa marraine est Bernardine Arramonde dite Bureu. On ne lui connaît pas de descendance.

Ø      Jeanne, qui naît le 10 mai 1779.

 

b)     La quatrième génération

            Le deuxième fils du couple, Pierre Adam-Balagué (né en 1769), épousera le 26 novembre 1791, en la cathédrale Notre Dame, Anne Gassiot. Le jour de leur mariage, Suzanne Péré est déjà décédée, mais Raymond, le père du marié, qui est dit laboureur, est présent. Pierre et son père Raymond sont appelés « Adam dit Balagué ».

Anne Gassiot est née le 21 mars 1775 à Lescar (elle a 16 ans lorsqu’elle se marie). Elle est la fille de Jean Pierre Gassiot, laboureur au Laur, et d’Anne Candau, d’Artiguelouve.

            Pierre décède le 15 novembre 1795 à Lescar, à 26 ans, alors que sa veuve Anne n’a que 20 ans. Il décède 8 mois après la naissance d’un fils Jean Adam-Balagué, né le 4 mars 1795 (voir ci-dessous, paragraphe c).

Anne Gassiot, veuve, se remariera 12 ans après son premier mariage, à l’âge de 32 ans, le 31 décembre 1803 (Lescar ND), avec Jean Sempé 3ème(qui a 37 ans), laboureur fils de Pierre Sempé et Marie Trouilh. Ils auront un fils, Pierre Sempé, né peu après leur mariage.

Notons qu’à cette époque, nous voyons apparaître à Lescar une autre famille de Balagué, qui n’a (à notre connaissance) aucun lien avec les Adam-Balagué. Il s’agit du couple Jean Balagué Munier (militaire) et Marie Dominique Bergès dite Bassibé. Ils auront cinq enfants, nés à Lescar :

§         Françoise (née le 13 décembre 1807),

§         Jean-Pierre, né le 6 décembre 1809, qui se mariera avec Marie Capderoque le 6 février 1836. Ils auront trois enfants.

§         Bertrand, né le 15 novembre 1812,

§         Jean, né le 12 juin 1818

§         Françoise, née le 6 novembre 1821.

c)     La cinquième génération

            Jean Adam-Balagué, né le 4 mars 1795 du jeune couple Pierre et Anne, sera le grand-père de Mathieu (mari de Maria Meste). Il se marie le 30 mars 1816 à Lescar (ND) avec Marie Noël Péré, qui n’a pas encore 17 ans. Dans l’acte de mariage, il est dit laboureur. Ses deux parents sont décédés. Sont présents lors de leur mariage : Jean Adam Balagué, le grand oncle du marié (marié à Marie Lahille) ; Mathieu Lahille, menuisier, qui est le frère de Marie Lahille ; Pierre Taco, négociant,  et Arnaud Encastet, tailleur d’habits. Signent l’acte : Jean Adam-Balagué, l’époux, Mathieu Lahille, P. Taco et A. Encastet.

Marie Noël Péré est née à Lescar le 5 mai 1799. Elle est la fille de Jean Péré et de Marie Flesq dite Labarraque. Son père Jean Péré est le fils du couple Pierre Péré x Marie Laulhère, que nous avons déjà mentionné plus haut : ce Pierre Péré, dit Casamayou, n’est autre que le frère de Suzanne Péré, épouse de Raymond d’Adam dit Balagué.

            Ils auront 8 enfants (Lescar, ND) :

Ø      Jean 1er, né le 17 avril 1818 (voir paragraphe d ci-dessous)

Ø      Pierre 2ème né, né le 29 mai 1820. Il se mariera le 23 octobre 1861 à Lescar avec Suzanne Guillucq. Ils auront deux enfants :

o       Firmin, né le 1er décembre 1861 à Lescar. Il épousera Anne Bernez Cambot (d’Aressy) qui lui donnera deux enfants. Il sera facteur rural. On retrouvera ses enfants à la fin du chapitre.

o       Joseph Firmin, né le 8 septembre 1870. Il n’a pas de descendance connue.

Ø      Rose, née le 3 mai 1822. Elle se mariera le 7 novembre 1848 avec Jean Pierre Lamarque dit Lanchon. Son acte de mariage porte la signature de son père Jean Adam-Balagué et des témoins.

Ø      Suzanne, née en 1825 à Lescar.

Ø      Pierre 3ème né, né en 1829, sera propriétaire laboureur à Billère. Il épousera Jeanne Cazenave-Marquet, qui lui donnera deux enfants : Marie, née vers 1863, et Jean, né vers 1861, dont on ne connaît pas de descendance.

Ø      Marie, née le 19 juin 1831, épousera Jean Arsène Laborde, tisserand.

Ø      Jean Pierre, né le 27 septembre 1836, sera cuisinier. Il se mariera le 22 novembre 1860 avec Marguerite Gestas (d’Aubertin). On ne leur connaît pas d’enfants.

Ø      Pierre, né en 1838. Il n’a pas de descendance.

 

 

            A l’occasion de la signature d’un acte notarié du 24 avril 1862, on retrouve les frères et sœurs suivants, leurs père et mère étant décédés :

o       Jean, 1er né (né en 1818)

o       Pierre, deuxième né (né en 1820)

o       Pierre, troisième né (né en 1829)

o       Jean Pierre, quatrième né, cuisinier à Pau

o       Rose

o       Marie

            Suzanne et le dernier Pierre ne figurent pas sur l’acte. Ils ont dû décéder avant.

Dans le recensement de Billère de 1861, on retrouve la présence de Pierre Adam-Balagué, avec sa femme Jeanne, les parents de Jeanne, ainsi qu’une sœur de Jeanne, prénommée Marie. Dans ceux de 1881, Pierre et Jeanne sont présents, avec leurs deux enfants Marie et Jean, et la mère de Jeanne. Dans celui de 1886, on retrouve les mêmes que précédemment, sauf Jean. Nous n’avons pas pu retrouver de traces de Jean, ni dans les recensements postérieurs de Billère, ni dans ceux de Lescar.

d)     La sixième génération

            Jean Adam-Balagué (1er né), fils de Jean et de Marie Noël Péré, se marie le 13 février 1855 (il a 36 ans) avec Marie Bergerot, dans la cathédrale de Lescar. Il est dit propriétaire cultivateur.

Marie Bergerot est née le 2 mai 1822. Elle a donc 32 ans quand elle se marie. Ses parents sont Bernard Bergerot et Françoise Bacqué-Lucy. Ses grand-parents paternels sont  Pierre Bergerot et Marie Labourdette Arramonde. Ses grand-parents maternels sont Mathieu Bacqué-Lucy et Marguerite Labadot-Goua.

Marie Bergerot a eu trois sœurs : Marie, Marie et Françoise Catherine, puis trois frères : Pierre Mathieu, Pierre et Mathieu.

Sur l’acte de mariage de Jean et Marie, on trouve les signatures de :

o       Pierre Adam Balagué, 2ème né, laboureur, 34 ans,

o       Pierre Adam Balagué, 3ème né, laboureur, 26 ans,

Ces deux derniers frères du marié

o       Mathieu Bergerot, laboureur, 26 ans, frère de Marie

o       Jean Baptiste Bacqué-Lucy, cultivateur, 53 ans, oncle de Marie.

Signent donc : l’époux, son père, le père de l’épouse,, les deux frères Pierre, et enfin Mathieu Bergerot et Jean Baptiste Bacqué-Lucy. 

                                 Jean décèdera le 26 mai 1885, et Marie le 22 décembre 1892.

 

            Jean et Marie ont eu 4 enfants :

Ø      Marie, née le 8 décembre 1855, dix mois après leur mariage.

Ø      Françoise Catherine, née le 15 septembre 1858 à Lescar (ND). Elle épousera le 26 décembre 1891 Pierre Guiranne, cultivateur, fils de Chrisostome Guiranne et de Jeanne Péré. Ils auront un fils, Pierre.

Ø      Mathieu né le 13 août 1860 (Lescar) (voir ci-dessous)

Ø      Marie, née le 15 mars 1862 (Lescar), qui épousera Dominique Pailhas-Poudanpa (de Laroin).

On retrouve les signatures des frère et sœurs sur un acte notarié en date du 19 août 1893 (Me Joanlong à Lescar). Outre ces derniers, on y retrouve Françoise Catherine, Mathieu et Marie Bergerot, cette dernière veuve Lacassagne (l’une des sœurs de notre Marie, décédée quelques mois avant).

            Firmin Adam-Balagué, fils de Pierre (2ème né), aura de son épouse Anna Bernez Cambot deux enfants : Marie, née en 1898, et Charles, né en 1900 (voir à la fin du chapitre).

e) La septième génération

            On retrouve donc Mathieu Adam-Balagué, né le 13 août 1860 en la maison Balagué, rue Lacaussade. Il épousera le 17 novembre 1894 (cathédrale Notre Dame) Maria Meste, née le 8 décembre 1869 à Lescar.

Sont présents lors du mariage : Mathieu Bergerot, soixante trois ans, cultivateur, oncle de l’époux ; Pierre Guiranne, trente ans, laboureur, beau-frère de l’époux ; Paul Guiranne, vingt cinq ans, tailleur ; Victor Pataa, quarante sept ans, huissier.

On trouve les signatures des époux Maria et Mathieu, puis des parents de Maria : Jean Meste et Marie Coy.

Nous donnerons des informations plus complètes sur Maria Meste dans le chapitre IV suivant.

            Le couple aura trois enfants :

Ø      Jean Dominique, né le 11 novembre 1895 (Lescar), sans descendance,

Ø      Marie Magdeleine, née le 7 juin 1897, qui épousera Jules Laffargue à Lescar le 7 mai 1921,

Ø      Françoise (dite Francine), née le 28 mai 1902 (Lescar).

            Dans les recensements de Lescar de 1911, on trouve :

o       Firmin Adam-Balagué et sa femme Anne Bernez Cambot (voir ci-dessus), ainsi que leurs deux enfants Charles et Marie.

o       Mathieu Adam-Balagué, sa femme Maria, et leurs trois enfants.

Dans ceux de 1931, on retrouve ensemble Jean (né en 1995), cultivateur, avec sa sœur Francine et leur mère Maria, ainsi qu’un domestique.

Donnons des nouvelles des enfants de Firmin Adam-Balagué et de Anna Bernez Cambot. On a vu qu’ils avaient eu deux enfants, Marie et Charles. Ce dernier, appelé Edouard Charles sur les actes de naissance de ses enfants, et qui est mécanicien, s’est marié à Pau (vers 1922) avec Marguerite Jeanne Vincent. Ils ont eu trois filles, toutes nées à Pau :

§         Raymonde Louise Séverine Anna, née le 30 janvier 1924. On ne lui connaît pas de mariage.

§         Anna Charlotte Paule, née le 30 janvier 1925. Elle se mariera à Dakar (Sénégal) le 11 mars 1953, avec Edmond Râd.

§         Juliette Henriette Marie, née le 20 avril 1926. Elle sera adoptée par Marie Adam-Balagué, veuve en premières noces d’un M. Vincent, et veuve en deuxièmes noces de Joseph Ulysse Louis Lafont, demeurant à Toulouse. Il doit s’agir certainement de la sœur d’Edouard Charles.

Il n’y a donc pas eu transmission du patronyme du côté de Firmin.

IV - La descendance de Jean d’Adam dit Balagué (1751 - 1822)

            Etudions la descendance de Jean, frère de Raymond (étudié au chapitre précédent).

a) La troisième génération

            Le 17 juin 1783, en la cathédrale Notre Dame, Jean d’Adam dit Balagué épouse Marie Lahille, dite Mathias, habitante du Laur. Jean a 32 ans, il est laboureur, et Marie en a 19.

Marie Lahille, née le 11 mai 1764 à Lescar, est la fille de Bertrand Lahille cadet, et de Marguerite Boudiguet. Ce couple aura six autres enfants :

§         Pierre Daniel, né le 8 novembre 1758

§         Mathieu, dit Larrouy, né le 2 septembre 1761

§         Jean, né le 23 février 1767. Il sera cordonnier, et épousera le 24 mars 1820 Marie Minvielle dite Planté. Les Minvielle sont une famille très ancienne de Lescar, dont on retrouve la trace dans le recensement de 1385.

§         Mathieu, né le 7 septembre 1769, qui se mariera à Lescar avec Jeanne Marie Encastet le 28 novembre 1797

§         Marie, née le 18 juin 1872, qui se mariera avec Jean Hourticq (qui a 45 ans) le 28 avril 1789.

§         Mathieu, qui sera menuisier puis marchand de cochons. Il épousera le 6 juillet 1784 Anne Marie Conte.

 

            Le couple Jean et Marie aura 10 enfants, tous nés à Lescar :

Ø      Suzanne, née le 11 avril 1784. Elle épousera le 5 octobre 1805 Jean Pierre Lafourcade qui vient du Gers. Sur l’acte de mariage, il est dit que Jean, le père de Suzanne, est marchand de cochons.

Ø      Marie, née le 15 février 1786.

Ø      Marie, née le 22 septembre 1788, qui épousera Jean Meste dit Mauco (voir ci-dessous paragraphe b).

Ø      Mathieu, né le 2 janvier 1791. On ne lui connaît pas de descendance.

Ø      Suzanne, née le 28 octobre 1793.

Ø      Jean, né le 26 février 1796, qui épousera Marie Sempé dite Courtiade. Ils auront six enfants, les garçons ne donnant pas de postérité.

Ø      Arnaud, né en 1799, qui sera cordonnier. Il n’a pas été marié.

Ø      Jean, né le 24 janvier 1804, qui ne se mariera pas lui non plus.

Ø      Jeanne Marie, née le 28 avril 1806.

Ø      Suzanne, la petite dernière, née le 21 novembre 1809. Elle épousera le 13 mai 1828 Jean Hourticq, qui est issu lui aussi d’une très ancienne famille de Lescar. Le grand-oncle de ce dernier n’est autre que Jean Hourticq, mari de Marie Lahille (voir ci-dessus). A son mariage, est présent son beau-frère Jean Meste.

            Quelques mois avant son mariage avec Marie Lahille, notre Jean a déjà eu un projet de mariage, avec Marie Heuguet dite Miejancé, qui a donné lieu à la rédaction d’un contrat de mariage le 22 avril 1782, devant Me Labadie, notaire à Lescar. Il est particulièrement intéressant, car il mentionne tous les proches de Jean. Il est difficile de savoir ce qui s’est passé, mais le 4 février 1783,  10 mois après la signature du contrat avec Jean, Marie Heuguet se marie avec Jean Lauribe, laboureur, natif de Poey.

b)     La quatrième génération

            Marie Adam-Balagué se marie le 10 mars 1809, à Lescar, avec Jean Meste dit Mauco. Lui a 25 ans, elle en a 20. Sur l’acte de mariage, Jean et Marie sont dits boulangers.

Jean Meste dit Mauco est né le 12 octobre 1783 à Lescar. Il est le fils de Bernard Pierre Meste, laboureur, né en 1743, et de Catherine Labat dite Séris. Ce dernier couple aura, outre Jean, trois autres enfants :

§         Jeanne Meste, née le 14 juillet 1774

§         Antoine Dominique Meste, né le 30 août 1777

§         Mathieu, né le 7 novembre 1779, qui se mariera le 21 février 1805 à Lescar avec Bernardine Minvielle, dite Doumingou. Il est boulanger. Lors du mariage le 6 janvier 1841 du frère de Bernardine : Bernard, avec Marie Lacay dite Couchou, sont présents Mathieu Meste,  Jean Adam Balagué (père de Marie), Bernard Péré et Jean Arrebolle.

Jean est dit « Mauco », car ses grand-parents paternels Jean Meste et Thérèse de Nabos venaient de Maucor, un hameau dépendant de la paroisse de Morlaàs. Ce dernier Jean, mari de Thérèse de Nabos, est venu d’Aureilhan en Bigorre, petite commune jouxtant Tarbes : il s’appelait en réalité Jean Dumestre, comme l’attestent deux actes notariés, et le patronyme Dumestre a été « béarnisé » pour devenir Du Meste, puis De Meste, et enfin Meste. Mais l’absence d’archives d’Aureilhan antérieures à 1743 nous rend très difficile la recherche des ascendants. Venant d’Aureilhan, il est très probable que Jean et Thérèse se soient d’abord établis à Momas, petite commune située à une quinzaine de kilomètres au nord de Pau, comme semble l’indiquer un acte notarié.

            De leur union naîtront six enfants, tous nés à Lescar :

Ø      Françoise, née le 11 décembre 1810

Ø      Jean, né le 19 septembre 1813

Ø      Mathieu, né le 8 février 1816. Il se mariera avec Marie Amélie Loubatères, de Jû-Belloc (Gers) en août 1846, comme en atteste un contrat de mariage. Ils divorceront quelques mois après, le 6 juin 1847. Il est boulanger.

Ø      Jean Pierre, né le 1er décembre 1817. Il épousera Marie Péré dite Migencer (voir paragraphe d ci-dessous)

Ø      Jean, né en 1819

Ø      Suzanne, née le 24 novembre 1823. Elle épouse à Lescar  Jean Guicharnaud, dit Fourcet, le premier décembre 1841. Ils auront deux enfants.

            Jean décèdera le 30 juillet 1866, à Lescar.

c)     La cinquième génération

            Jean Pierre Meste dit Mauco, qui est le grand-père de Maria, épouse Marie Péré dite Migencer le 5 février 1840, à Lescar. Jean Pierre est boulanger. A la naissance de son fils Jean, on l’appelle Pierre.

Marie Péré dite Migencer, née le 27 novembre 1821 à Lescar, est la fille de Pierre Péré dit Migencer, laboureur, et de Marie Henrique Haurie dite Brouhena. Ses grand-parents paternels sont Raymond Péré deuxième né et Marie Heuguet dite Miejencer. Ses grand-parents maternels sont Bernard Haurie dit Brouhena et Thérèse Arrebolle.

            Jean Pierre et Marie Péré ont eu deux enfants, nés à Lescar :

Ø      Jean, né le 3 février 1842, en la maison Miégencé, rue Lacaussade. Il épousera Marie Coy Péré (voir ci-dessous paragraphe e).

Ø      Marie Henriette, née le 21 octobre 1845 en la maison Péré, dit Migencé, rue Lacaussade. On ne lui connaît pas de mariage ni de descendance.

            Lors du recensement de Lescar de 1846, on retrouvera :

o       au 24 rue de la Cité : Jean Meste Mauco, boulanger, 63 ans, Marie Balagué, 58 ans, Jean leur fils, 30 ans (il doit s’agir du Jean né en 1819, qui n’est pas marié), ainsi que deux domestiques.

o       Jean Hourticq, boulanger, avec sa femme Suzanne Balagué et leurs sept enfants.

o       Bernard Bergerot, sa femme Françoise Lucy et leurs cinq enfants, dont Marie qui épousera en 1855 Jean Adam-Balagué (voir chapitre III).

o       Jean Balagué (mari de Marie Noël Péré, qui a dû décéder), ainsi que cinq enfants (voir chapitre III)

o       Pierre Péré (dit Migencer) et sa femme Marie Haurie (dite Brouhena), ainsi que leur fille Marie Péré  et son mari Pierre Meste, et les deux enfants Jean et Marie de ce couple (voir plus haut), un domestique et un enfant trouvé.

d) La sixième génération

            Jean Meste épouse le 11 août 1868, à Lescar, Marie Coy-Péré, âgée de 17 ans. Jean est laboureur. Le mariage se fait en présence de Bernard Péré, grand-oncle de l’époux, Bernard Coy, frère de l’épouse, Bernard Coy aîné, oncle de l’épouse, et Damien Coy, oncle de l’épouse, domicilié à Siros.  Jean est dit laboureur.

Marie Coy-Péré est la fille de Arnaud Coy et de Magdelaine Péré. Ce couple aura cinq autres enfants :

o       Bernard, né le 14 novembre 1842

o       Pierre, né le 11 juillet 1845

o       Bernard Damien, né le 5 décembre 1848, qui sera marié à Marie Espiasse

o       Henry, né le 5 septembre 1855

o       Thérèse Coy, née le 25 février 1858, qui se mariera à Jacques Arrebolle.

            Jean et Marie auront quatre enfants, nés à lescar dans la maison paternelle  de la rue Lacaussade :

Ø      Maria Meste, née le 8 décembre 1869. C’est l’aînée de la fratrie (voir paragraphe f ci-dessous). Elle épousera Mathieu Adam-Balagué.

Ø      Magdelaine, née le 15 septembre 1871. Elle épousera à Pau, le 6 septembre 1900, Jean Lacaze, né à Pau et fils de Pierre Lacaze et Marguerite Larribau.

Ø      Pierre, né le 18 juin 1875. C’est le grand-père de l’auteur de ce texte. Il se mariera à Bordeaux, le 13 juin 1903, avec Marie Ida Sempé. Cette dernière est la fille de Pierre Sempé-Madiraa et de Catherine Lassalle. Il décèdera à Caudéran (Gironde).

Ø      Bernard Damien, né le 10 mars 1879. Il épousera Denise Bidou, fille de Jean Bidou et Marie Louise Lauribe.

            Dans le recensement de 1901 de Lescar, on trouve la présence de :

§         Firmin Adam-Balagué (facteur), avec sa femme Anne Bernez Cambot et ses deux enfants Marie et Charles

§         Pierre Adam-Balagué et sa femme Suzanne Guillucq (les parents de Firmin), ainsi que Pascale Guillucq, sœur de Suzanne

§         Jean Meste, cultivateur, sa femme Marie Coy-Péré et leur fils Pierre (né en 1875), cultivateur, ainsi que la mère de Jean, Marie Péré veuve Meste

§         Pierre Sempé et Catherine Lassalle, ainsi que leurs enfants Ida (qui sera l’épouse de Pierre Meste) et Justine.

§         Mathieu Adam Balagué et Maria Meste, ainsi que leurs enfants Jean Dominique et Marie Madeleine

§         Pierre Guiranne, sa femme Francine Adam Balagué et leur fils Pierre, ainsi que Françoise Bergerot qui est la tante de Francine (sœur de Marie Bergerot)

e) La septième génération

            Nous retrouvons donc notre Maria Meste, qui sera l’épouse de Mathieu Adam Balagué.

            Comme nous l’avons vu à la fin du chapitre III, Mathieu et Maria auront trois enfants : Jean, sans descendance, qui décèdera en 1959 ; Marie, dont les enfants porteront le nom de Laffargue, qui décèdera en 1981 ; Francine, sans descendance, décèdera en 1999.

            Si l’on consulte les données INSEE relatives à la présence en France du patronyme Adam-Balagué, depuis 1891 jusqu’en 1990, on peut voir qu’il y a eu :

o       De 1891 à 1915 : 4 naissances, seulement dans les Pyrénées Atlantiques. Il s’agit des naissances à Lescar des trois enfants du couple Mathieu Adam-Balagué et Maria Meste, ainsi qu’une autre naissance :

§         Le 25 juin 1891, naissance à Pau  de Jeanne Félicie Marie Adam-Balagué, fille de Marie Adam-Balagué, 22 ans, ouvrière, née à Lescar, domiciliée à Pau. Aucun père n’est mentionné. Cette Jeanne décèdera à Laragne-Monteglin (commune des Hautes Alpes) le 28 février 1989. Nous n’avons pas encore pu déterminer avec précision les parents de cette Marie. Il pourrait s’agir de la fille de Jean Adam-Balagué et Jeanne Cazenave-Marquet, née vers 1863.

o       De 1916 à 1940 : trois naissances à Pau, qui correspondent à des enfants de Edouard Charles (voir fin du chapitre III)

o       De 1941 à 1990 : aucune naissance.

D’autre part, l’étude des tables des naissances et mariages de Pau (jusqu’en 1902) n’a pas permis de trouver des Adam-Balagué non mentionnés ici.

Il est donc à peu près certain que ce soit Francine Adam-Balagué qui ait été la dernière à porter le nom d’Adam-Balagué, si l’on exclue la possibilité (fort peu probable) de naissances à l’étranger.

 

            Pour finir, examinons le recensement de Lescar de 1931, et retrouvons les patronymes étudiés :

§         Jean Adam Balagué, sa sœur Françoise et sa mère Maria Meste

§         Bernard Meste, débitant, sa femme Denise et ses deux enfants Roger et Pierre

§         Jean Ladevèse, de Poey, avec sa femme et deux enfants. S’agit-il d’un lointain descendant des Ladevèse du début du XVIIème siècle, qui sont les ancêtres des Adam Balagué ?

§      Isaac Coy et sa femme Rosine Hourticq, avec quatre enfants, ainsi que Pierre Coy, frère d’Isaac. Le grand-père d’Isaac : Bernard Coy 3ème né, était le frère de Pierre Coy 1er né, grand-père de Marie Coy-Péré (épouse de Jean Meste).


En guise de conclusion

 

            L’histoire et la généalogie de ce paronyme lescarien, depuis sa création avec Jacques d’Adam jusqu’à sa disparition avec Francine Adam-Balagué, nous ont permis de faire revivre des hommes et des femmes qui l’ont porté pendant plus de trois siècles. Parmi eux, certains étaient nos ancêtres directs, les autres des cousins plus éloignés. C’est pour les faire revivre et leur rendre hommage que ce texte a été réalisé.   

            Comme on a pu le voir, beaucoup étaient laboureurs. Leur histoire est intimement liée à celle de Lescar, commune béarnaise ayant un solide ancrage rural. Ce lien est d’autant plus fort que c’est dans cette même commune que le patronyme est né et qu’il s’est éteint.

            Tout au long de cette histoire, nous avons aussi pu croiser, à l’occasion de mariages plus ou moins anciens, des représentants d’un certain nombre de familles de Lescar dont beaucoup sont encore présentes de nos jours. Citons les Coy, Péré, Sempé, Minvielle, Bidou, Hourticq, Haurie, Camy, Carrère, Bacqué-Lucy, Lacerisère, Gassiot, Guillucq, Arramonde, Bergerot, Labadot, Guiranne, Heuguet, Lauribe, Guicharnaud, Lacay, Arrebolle, Laulhère, Courtiade, Lamarque, Laborde, Bureu, Lahille …  Nous espérons que cela suscitera des vocations de généalogistes amateurs, ce qui permettra d’améliorer la connaissance des liens entre les familles lescariennes.

Auteur : Michel Meste.      Pages réalisées avec Kompozer.