Le site de généalogie de Catherine et Michel Meste



Les Beauchef de Pontorson



Clémentine BEAUCHEF (Sosa 63 de C. Nerzic) et son frère Malo BEAUCHEF sont nés à Saint-Malo. Leurs  ancêtres  ont vécu à Pontorson au XVIIème siècle. On trouve les ascendants suivants, de même patronyme :

- René François BEAUCHEF (Sosa 126), né le 16/01/1746 à Pontorson et sa femme Françoise Perrine Marie LABBE

- Jullien Michel BEAUCHEF (Sosa 252), né le 14/12/1711  marié à Renée GERARD

- Louis BEAUCHEF (Sosa 504), né le 20/01/1685 et Hélène JOSSEAUME sa femme

- Jullien BEAUCHEF (Sosa 1008), né le 12/12/1651 et son épouse Marguerite CARNET

- Benjamin BEAUCHEF (Sosa 2016) et Louise BARBE (Sosa 2017)

En 1651, naissent les cinq enfants de  Benjamin Beauchef (Sosa 2016), huissier royal , marié à Louise Barbe le1/8/1646 à Pontorson :

-      1651 : Jullien (parrain Jullien le Moigne et Aymée Beauchef), sieur de la Bretonnière (sosa 1008), épousera Marguerite Carnet . Son fils Louis, né en  1685, épousera Hélène Josseaume. A son décès en 1737, il est dit « Bretonnière ».

-         1654 : Louis

-         1659 : François, parrain François Godard, Apothicaire

-        1662 : Raphaël, parrain Raphaël Durand sieur de Grand Val et de la paroisse de Cendres, marraine Charlotte Barbe femme de Julien Le Moine, sa tante

-     1668 : Pierre, marraine Françoise Barbe, femme de François Godard. Au décès de Pierre, en 1678, sont présents son père Benjamin et ses frères vivants : Jullien, Louis, François et Raphaël. 

Les rues de PontorsonLa naissance de Benjamin Beauchef constitue une énigme dans l’état actuel des recherches. En effet, on ne trouve pas son acte de naissance. Le décès du Sieur de la Bretonnière  a lieu par contre le 3/7/1684 à l’âge de 70 ans ; sa naissance aurait donc eu lieu vers 1614. Nous n’avons  pas trouvé l’acte de naissance bien qu’il n’y ait pas de lacunes dans les registres pour cette période.

 

I - La présence des Beauchef est attestée à Pontorson par de nombreux actes dans les registres paroissiaux au XVIIème siècle.

Parmi ceux-ci, certains semblent avoir des liens entre eux, attestés par des parrains et marraines, ainsi que par des signatures d’actes.

1.    Mentionnons tout d’abord Anthoine Beauchef,  marié à Olive Biollin, sieur de la Bretonnière, tabellion, qui a un fils, Gabriel, en 1621 (parrain Gabriel Tardiff et marraine Françoise Biolin) ; puis une fille en 1623 : Suzanne (parrain : Jullien Beauchef).

 

2. Ensuite un Jullien Beauchef, marié sans doute trois fois, bien que cela ne soit pas précisé lors des cérémonies : en premier lieu le 19/1/1599 avec Suzanne, veuve (ni patronyme ni nom du mari défunt) ; ils ont deux enfants : en 1600 Anthoine( parrain Anthoine Beauchef) puis en 1602 Jullien (parrain Nicolas Beauchef). On trouve le décès d’une Suzanne Grandin en 1604, il s’agit sans doute de la première femme de Jullien. Certainement un second mariage le 18/7/1604 à Thomasse Briffoy qui décède le 30/11/1617.  Naissent auparavant  trois enfants : une fille en 1607 : Françoise, marraine Michelle Briffoy ; un fils en 1610 : Nicollas, parrain Nicollas Beauchef ; un fils en 1615 : Michel.

Troisième mariage de Julien Beauchef, qui épouse le 26/4/1618 Marguerite le Borgne et  qui a une fille en 1619 : Louise, dont la marraine est Louise Guyot.

3. On trouve aussi Nicolas Beauchef marié à une demoiselle  Briffoy (s’agit-il de la sœur de Thomasse ?) et qui a un fils en 1611, dont la marraine est Olive Biolin, femme du sieur de la Bretonnière.

4. Peu après, on trouve un Anthoine Beauchef, sieur des Vaulx, marié à Noëlle le Bas.   Ils ont 7 enfants :

-         1628 Charlotte,

-         1630 Guillaume,

-         1634 Louis,

-         1635 Françoise (marraine : Françoise Beauchef),

-         1638 Anthoine (parrain Anthoine Josseaume),

-         1644 Sébastienne,

-         1646 Julienne (marraine Charlotte Beauchef, sans doute sa sœur aînée).

Anthoine est sans doute le fils aîné du premier mariage de Julien, parrain Anthoine Beauchef (sans doute l’époux de Olive Biolin). 

 

Au XVIIème siècle  on trouve aussi à Pontorson :

Michel BARBE, apothicaire (Sosa 4034), et sa femme Jullianne Heurtepot (Sosa 4035), née le 9/3/1610 à Pontorson, fille d’un deuxième mariage de Thomas Heurtepot (Sosa 8070) avec Françoise Godouyn (Sosa 8071). Michel et Jullianne ont quatre enfants :

- 1627 : Louise (Sosa 2017, marraine Louise Guyot). Elle épousera Benjamin Beauchef

- 1631 : Charles et Charlotte, enfants jumeaux, marraine Françoise Biolin dame du Haut Port. Charlotte épousera Jullien Le Moine.

- 1633 : Françoise Barbe qui épousera François Godard, apothicaire, et parrain de nombreux enfants de Benjamin Beauchef

A ce stade des recherches,

il est donc probable que Benjamin Beauchef, époux de Louise Barbe, soit le fils d’Anthoine, marié à Olive Biollin, sieur de la Bretonnière. Il aurait donc hérité du titre. Cette situation se répètera pour son fils Jullien (Sosa 1008), puis ensuite pour Louis (Sosa 504). 

Benjamin sera inhumé le 3/7/1684 à Pontorson (seront présents ses fils Jullien, Louis et François (pas  Raphaël), Gilles le Bourgeois ainsi que ses beaux frères Jullien le Moine et François Godard, apothicaire, Pierre Godard docteur en médecine, fils du précédent.

Au cours de ces recherches nous avons rencontré d’autres problèmes, parmi lesquels nous en mentionnerons deux  importants :                                                                                       

a)    On trouve dans les actes le mariage d’une Suzanne Beauchef, le 31/01/1672 à Pontorson, avec Gilles le Bourgeois. On reconnaît en bas de l’acte les signatures de Benjamin Beauchef, huissier ; il a une grande et belle signature, bien reconnaissable, celle de notre Benjamin (Sosa 2016). On trouve aussi celle de François Godard, beau-frère de Benjamin.

En novembre de la même année, Suzanne a un fils : François Le Bourgeois, dont le parrain est Messire François Godard, maître apothicaire, accompagné de Louise Barbe, femme de Benjamin Beauchef, huissier royal.

Le 14 /12/1675 naît Jullien Le Bourgeois, parrain  Jullien Beauchef (sosa 1008) reconnaissable à sa belle signature, et marraine Anthoinette Godard.

Le 13/09/1678 naît Charlotte Le Bourgeois, parrain Benjamin Beauchef huissier royal, et marraine Jeanne Boy femme de messire François Nicolle.

Aux obsèques de Benjamin, le 3/7/1684, la présence de Gilles le Bourgeois, citée après celle des enfants et avant celle des beaux-frères est  également significative.

 

Tout laisse donc à penser que Suzanne Beauchef est la fille de Benjamin et Louise Barbe, bien que les recherches pour trouver sa naissance aient été infructueuses jusqu’à présent.

 

b) Autre problème, celui de Louis Beauchef, qui épouse Anne Perrault en 1732. Sur l’acte de mariage, il est précisé qu’il est le fils de Jullien et de Marguerite Carnet (Sosa 1008 et 1009). Il y aurait donc deux frères portant le même nom ! L’année suivante Louis et Anne Perrault ont une fille : Louise Jeanne Beauchef, parrain Louis Beauchef. En 1736 ils ont un fils : Nicolas,  parrain Nicolas Josseaume,  médecin. 

Hélène Josseaume, la première femme de Louis  Beauchef, est décédée le 2/6/1730. Il s’agit donc d’un remariage, bien qu’une de fois de plus cela ne soit pas mentionné sur l’acte.

 

II - Les Beauchef dans les registre paroissiaux au XVIème siècle

Les patronymes suivant se retrouvent dès 1571, année des premiers actes conservés à Pontorson : Biolin, Briffoy, Chevallier, Godouin, Heurtepot, Josseaume, Moine, Tardif, Artur, Guyot ... ; par contre il n’y a aucun Beauchef avant 1599.

Le premier rencontré est, en janvier 1599, Julien Beauchef, cité plus haut, qui épouse  Suzanne ? (illisible) ; il y a en octobre 1600 la naissance de leur fils Anthoine (parrain et marraine Anthoine Beauchef et Marguerite Josseaume), et le 17/4/1602 la naissance de Jullien.

Ces prénoms Jullien et Anthoine sont donc très fréquents dans la famille.  Il existe aussi un Claude marié à Gillette Le Chevallier (qui décède en 1619 après la naissance de leur fille Françoise), un Thomas marié à Roberde Marin (qui décède en1620), un Gilles (père de Louis qui décède en 1641).

On trouve aussi les couples :

-  Gilles Artur x Françoise Beauchef qui ont trois filles Julienne, Françoise et Louise (de 1640 à 1646),

- en1649 Guillaume Valée x Françoise Beauchef qui ont un fils Jean,

- en 1646 Michel Le Compte x Aymée Beauchef

- en 1697Jullien Beauchef x Margueritte Roussel  ont une fille Françoise, dont les parrain et marraine sont Julien Josseaume et Anthoinette Godard.

On peut penser qu’ils sont proches de mes Sosa.

On ne trouve aucun autre « Benjamin », ni chez les Beauchef, ni chez les autres patronymes.

 

En conclusion, l’absence à Pontorson du patronyme Beauchef avant 1599 nous fait penser qu’ils viennent d’ailleurs.

On trouve aux Archives de la Manche, série H, dans la chronique du Mont-Saint-Michel vers la fin de la Guerre de cent ans, deux références au patronyme Beauchief (source bibliothèque Généanet) :

- Du 22/02/1435 « le mandement relatif au payement de plusieurs messagers envoyés du 16/01 au 08/02 1435, les uns, pour faire presser l’approvisionnement des hommes d’armes concentrés à Gavray sous les ordres du comte d’Arundel et à Cérences sous le commandement de Thomas, sire de Scales, pour secourir la place d’Avranches assiégée par Jean, duc d’Alençon ; les autres, pour informer le bailli du Cotentin que Louis, sire d’Estouteville, capitaine du Mont-Saint-Michel, depuis la levée du siège d’Avranches par le duc d’Alençon, mettait sur pied grand nombre de gens d’armes pour courir et rançonner les vicomtés d’Avranches et de Coutances. »

        L’un de ces messagers est Robin Beauchief qui reçoit XL sols tournois.

- Du 06/01/1436 « Mention de l’obligation de porter sur soi une croix vermeille imposée en Normandie à tous les partisans de Henri VI, roi de France et d’Angleterre ».

        Le messager est Robin Beauchief qui reçoit 41 sols trois deniers tournois.

        C’est sous la graphie Beauchef qu’est recensé le messager des Anglais.

 

Peut-être des ancêtres d’outre Manche ?

Une superbe abbaye portant le nom de BEAUCHIEF a existé en Angleterre près de Sheffield, sur la rivière Sheaf. Elle aurait été fondée par Robert FitzRanulf en1183, pour expier le meurtre de Thomas Becket (cette version de l’histoire par Thomas Tanner en 1695 est contredite par Samuel Pegge qui prouve que la fondation de l’abbaye est antérieure à 1176 et n’est pas sûr que Robert FitzRanulf soit l’un des meurtriers du saint...). L’abbaye fut dédiée à Ste Marie et à Saint Thomas Becket et occupée par l’ordre des Prémontrés. Comme toutes les abbayes, Beauchief était à la fois un centre religieux et un centre industriel. Elle fut dissoute en 1537, devint la propriété de Sir Nicholas Strelley, et en 1671 son descendant Edward Pegge construisit Beauchief Hall avec les pierres de l’abbaye ruinée (Source Wikipedia).


Auteur : Catherine Meste-Nerzic.      Pages réalisées avec Kompozer.